Confinement : Laissez vos cheveux tranquilles, personne ne vous voit !

Par Charlotte Molina. Paru sur Zinfos974 le 04/05/2020


Entre les "moucatages" sur l’apparence des femmes à la fin du confinement partagés sur internet (cheveux "en papangue", jambes poilues, kilos en trop) et les influenceurs qui nous vendent un confinement "réussi" (lecture, yoga, cuisine et sport), voici une tendance confinement qui fait fureur sur les réseaux sociaux, et qui va en déculpabiliser plus d’un : la cure de sébum. Elle consiste à ne pas se laver les cheveux pendant au moins 30 jours, pour réguler le cuir chevelu tout en nourrissant les longueurs: "Ce n’est pas nouveau, mais là c’est plus simple à faire grâce au confinement comme personne ne nous voit", nous explique Ugo Barbagallo, coiffeur professionnel. Et suite aux nombreux accidents capillaires qu'il a pu observer depuis le début de la crise, il nous propose également quelques conseils pour tenir jusqu'au déconfinement.


"J’ai l’impression que les gens s’attendent à un remède miracle, mais la cure de sébum ne convient pas à tous les types de cheveux !", prévient Ugo, gérant du salon de coiffure "OzoneBio" à Saint-Denis.


Pourtant, elle est sur toutes les lèvres : les vidéos et les témoignages pullulent sur Instagram ou encore YouTube. Et celles ou ceux qui la testent lui attribuent des vertus parfois surprenantes : plus de volume, une pousse plus rapide, plus de brillance…


"Cette cure de sébum est surtout destinée aux gens qui ont les cheveux qui graissent vite. Parce que dans la grande majorité des cas, c’est dû à un lavage des cheveux trop fréquent, et avec des produits qui ne sont pas adaptés", nous explique le professionnel.


Car plus les cheveux sont lavés, plus le cuir chevelu est stimulé, et plus il sécrétera de sébum, un film lipidique, donc "gras", qui sert notamment à nourrir la peau et à la protéger.


Alors comment sortir sa chevelure de ce cycle infernal shampoing - cheveux gras, cheveux gras -shampooing ? La cure de sébum pardi ! On arrête tout et on ne se lave plus les cheveux pendant au moins 30 jours.


Vous avez bien lu. Oui, cela voudra dire que vous porterez sur la tête des cheveux sales et gras pendant plusieurs semaines… Mais le confinement n’est-il pas le moment idéal pour cela ? Enfermés chez soi, en télétravail ou avec les enfants, personne ne viendra juger votre hygiène capillaire…


"La cure de sébum va permettre de réguler cette production de film gras. Mais une fois terminée, il faut immédiatement reprendre des bons gestes : se laver les cheveux tous les 3 à 4 jours maximum, voire une fois par semaine c’est bien. Et utiliser un shampooing à base neutre, auquel on peut ajouter des huiles essentielles. Gardez les produits nourrissants pour l’après-shampooing."


La cure de sébum ne convient pas à toutes les têtes


Attention, si vous êtes sujet à des pellicules, des démangeaisons ou du psoriasis, Ugo déconseille de pratiquer la cure de sébum : "la cure risque de provoquer des démangeaisons encore plus importantes, qui peuvent être difficiles à supporter. Or en se grattant, on provoque des irritations qui empirent le problème ! Il ne faut surtout pas gratter !"


Dans ces cas-là, le coiffeur conseille des masques à base de poudre de Neem"C’est une plante ayurvédique qui a des vertus antibiotiques sur le cuir chevelu. Elle va l’assainir et calmer les crises de pellicules ou de démangeaisons en quelques masques seulement."


Et pour les cheveux secs ?


Si les cheveux lisses ont tendance à graisser plus rapidement, le sébum a plus de mal à glisser sur les cheveux bouclés. Conséquence, ils ont tendance à être plus secs.


"Plutôt qu’une cure de sébum, je conseille de faire un bain d’huile. C’est une pratique déjà ancrée dans les habitudes réunionnaises", explique Ugo, "pour les cheveux secs, il vaut mieux apporter un actif gras avec des huiles qui ont des bienfaits comme l’huile de jojoba, l’huile de ricin ou encore de macadamia."


Pour cela, il suffit de verser quelques cuillères de l’huile choisie dans un récipient, avant d’en mettre par petite quantité dans sa main. Chauffez ensuite le liquide entre vos mains, puis appliquez sur le cuir chevelu, massez, et ramenez jusqu’aux longueurs.


"Laissez poser le bain d’huile sur vos cheveux dans un cataplasme : on peut envelopper la chevelure de cellophane ou avec une charlotte, pendant toute une nuit ou seulement une heure. Il ne reste ensuite qu’à rincer les cheveux et à faire son shampooing."


Attention ! Si vous envisagez de faire une coloration, un lissage, ou autre, évitez absolument l’huile de coco !"Elle sature les cheveux et les produits ont ensuite du mal à adhérer et à pénétrer. Ça peut entraîner de véritables catastrophes !"

Malgré l’ennui, ne tentez pas de folies


Sur la toile, outre la cure de sébum, des vidéos bien plus inquiétantes fleurissent également depuis le début du confinement : des tentatives de franges, de décoloration, de défrisage qui virent au désastre… Les cheveux brûlés tombent par poignées, et les coupes ratées ne laissent plus beaucoup d’options…


"Les gens s’ennuient et du coup on a envie de faire des trucs à nos cheveux. Moi-même je me suis coupé les cheveux tout seul pour m’amuser ! Malheureusement pour certains et certaines, ça mène à des catastrophes irrattrapables" , nous raconte le coiffeur.


Il déconseille notamment de tenter de faire un défrisage tout seul chez soi, avec des produits trouvés en grande distribution. "Ce sont des produits chimiques souvent de moins bonne qualité que ceux utilisés en salon, et qui peuvent brûler les cheveux ou les casser. Une telle erreur peut prendre plusieurs années à se réparer !"


Même chose pour les décolorations :"ça peut être destructeur si mal utilisé ! Il y a un vrai risque de brûlure !"


D’autant que les coiffeurs professionnels doivent compléter quatre ans d’études pour manipuler ce type de produits. Si les défrisants ou décolorants en grande surface ne sont pas des produits dits"professionnels", ils ont le même pouvoir et peuvent donc s’avérer dangereux.


Attention également, si vous êtes un ou une habitué(e) des couleurs végétales en salon de coiffure, se faire une couleur chimique pendant le confinement rendra difficile le retour au végétal par la suite, prévient Ugo.

Attention aux tutos sur internet !


"Quand on voit le résultat sur les vidéos c’est juste catastrophique ! Même pour se couper simplement les pointes ! On ne s’en rend pas forcément compte tout de suite parce que l’influenceuse va vite bouger la tête, ou parce que la vidéo n’est pas de super qualité, mais ça ne ressemble à rien", se moque gentiment le professionnel.


Nous avons tous vu ces vidéos où des internautes tentent de se couper une frange, et dont le résultat ne peut que nous arracher un fou rire.


"L’erreur de la frange coupée soi-même, ça arrive déjà en temps normal, on en rattrape tous les jours au salon. Mais alors avec le confinement on s’attend à voir encore plus de monde à la réouverture !"


Pour éviter de se retrouver avec quatre mèches trop courtes qui partent dans tous les sens sur le front, Ugo conseille de mettre tout simplement sa frange trop longue sur le côté, en attendant la fin du confinement,"plutôt que de la mettre en rideau ou de tenter des trucs".


Même chose pour les personnes avec les cheveux courts :"Elles peuvent les mettre derrière les oreilles en attendant."


Rangez donc tout de suite cette paire de ciseaux  !


Profiter du confinement pour faire un jeûne cosmétique


Ugo Barbagallo propose également de profiter du confinement pour laisser un peu de répit à notre peau, à nos cheveux, et à notre corps, avec un "jeûne cosmétique". Explications : "Cela consiste à réduire, voire à complètement stopper, pendant une semaine, l’utilisation des produits variés que l’on applique sur notre corps : crèmes hydratantes, gels douches, maquillage, antirides, sérums, nettoyants etc…"


On ne s’en rend pas toujours compte, mais ces cocktails de produits souvent chimiques, appliqués quotidiennement, pénètrent dans le sang et donc dans notre organisme. Certaines de ces substances sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens (parabènes), et d’autres pourraient même être cancérigènes (poudre d’aluminium, BHA, BHT…).


"Même certains produits « bio » contiennent des substances chimiques. C’est pourquoi je pense qu’il vaut mieux acheter moins de produits, mais de meilleure qualité", conclut Ugo.◼︎



Retrouvez les produits cités dans cet article dans votre boutique OzoneBio à Saint-Denis, ou à faire livrer chez vous :


191 vues

Contact :

OzoneBio

26 bis rue Labourdonnais

97400 Saint-Denis

02 62 20 24 13

salon@ozonebio.fr

Abonnez-vous à notre Newsletter !

NOTRE ENGAGEMENT

Nos produits sont labellisés Bio, Vegan, Ecocert, Leaping Bunny et Cruelty Free.

ECO-RESPONSABLE

Le salon OzoneBio a obtenu les certifications Bilan Carbone et EnVol.

MEILLEUR SALON

Plusieurs récompenses nous ont été décernées par Coiffure de Paris lors de concours nationaux.

Il n'y a pas de mal

à se faire du Bio !

  • Facebook - Black Circle
  • Noir Icône YouTube
  • Noir Icône Instagram